On parle souvent du Q.I d’Einstein comme le mod√®le de l’intelligence extr√™me , incarnation du g√©nie humain, surhumain ? Mythe, fantasme ou r√©alit√© ? C’est ce que nous allons voir tout de suite dans cette enqu√™te sur l’un des esprits les plus fascinants de l’humanit√© !

Tu penses toi aussi(avoir le qi d’Einstein) √™tre un g√©nie ? ūüíĀ‚Äć‚ôÄÔłŹ Ou alors plut√īt avoir le QI d’une huitre ? ūü§¶‚Äć‚ôāÔłŹ Tu ne sais pas trop o√Ļ te placer entre les deux ? Pas de probl√®me, nous te proposons un test fiable pour √™tre fix√© ! ūüėĀ N’h√©site pas √† consulter notre blog qui regroupe de nombreux articles sur l’intelligence >> Abonne toi √† la newsletter pour ne pas rater les infos !

Le QI d’Einstein: parmis les QI les plus √©lev√©s du monde

L’intelligence des g√©nies : des QI(dont QI Einstein) extraordinaires

Nous pouvons constater que les quotients intellectuels des c√©l√©brit√©s et le qi des scientifiques int√©ressent beaucoup ! Le QI d’einstein particuli√®rement fait parler, mais il n’est pas le seul √† passer √† la moulinette du test de QI ! Quel cr√©dit accorder √† ses r√©v√©lations spectaculaires ?

¬ę¬†Copernic, Rousseau ou Rembrandt auraient un Q.I. de 130 ; Cervantes, l’auteur de Don Quichotte, ne d√©passerait pas 120. En revanche, quelques-uns de ces illustres personnages recueillent de jolis scores, tels Goethe ou le philosophe Leibnitz. Tous les deux affichent un Q.I. estim√© √† 190.C√īt√© tricolore, Pascal et Voltaire obtiennent, eux, un score de 180, alors que Newton et Michel-Ange rivalisent avec Einstein autour de 160. Quant √† Darwin, Moli√®re, Rubens ou Beethoven, ils acc√®dent tout juste au Q.I. de g√©nie : 140. Pour relativiser, rappelons que le tueur en s√©rie am√©ricain Ted Bundy avait, lui aussi, un Q.I. de 140.

Science et Vie

Tout d’abord, dans le cas de la mesure du quotient intellectuel il est important de pr√©ciser que pour mesurer le QI de quelqu’un il faut se rapporter aux restes des sujets que l’on teste. Pour cela je vous invite √† consulter l’article sur les tests standardis√©s. Chaque r√©sultat se rapporte √† un √©chantillon de passation qui doivent exc√©der les 100 participants. Si tout est relatif, alors Einstein, Pascal, et Voltaire sont tr√®s intelligents par rapport au reste de la population.

On pourrait tr√®s bien dire que la norme de la population est b√™te et qu‚Äôeux sont quelconques ? On pourrait aussi dire que toutes les personnes en d√©ficit de QI sont normales et que les autres sont surdou√©s ! Bon d’accord, je vous l’accorde c’est un peu tir√© par les cheveux. N’emp√™che que cela est logiquement valable. Tout cela pour rappeler que le score obtenu au test de QI est une mesure relative. Il ne s’afit pas l√† d’une essence immuable que l’on ne peut contester. Nous vous invitons √† aller voir notre article sur le sujet si cela vous int√©resse !

Terence Tao, un QI plus √©lev√© que celui d’Einstein ?

Selon Science et Vie et d’autres Terence Tao, le jeune australien d√©tenteur de la m√©daille Fields aurait le QI le plus √©lev√© du monde. Ce prix prestigieux de math√©matique est d√©cern√© avant les 40 ans du scientifique, il a vocation √† encourager la jeunesse. Ce prix est d√©cern√© √† d’illustres hommes de sciences il est tr√®s pris√© notamment car le prix Nobel exclut les math√©matiques. On dit que cela est ainsi car M.Nobel √©tait cocu d’un math√©maticien ! Selon C√©dric Villani un de nos contemporain ayant obtenu cette m√©daille et de nationalit√© fran√ßaise !  

Expert de l’analyse math√©matique, il travaille sur des probl√®mes issus de la physique statistique. Ainsi que l’optimisation et la g√©om√©trie riemannienne. Il s’est lanc√© dans la politique et a men√© une campagne pour √™tre le maire de Paris en 2019. Il avait pour id√©e de lier le politique et le scientifique. Tr√®s engag√© dans l’√©cologie son programme n’a pas s√©duit les citoyens. A moins que cet √©chec ne soit d√Ľ √† son style atypique et √ßa r√©cente entr√©e en politique.

Terence Tao est donc aussi un d√©tenteur de la m√©daille Field 2006. Pour ses travaux en th√©orie analytique et additive des nombres. La m√™me ann√©e, il recevait le prix MacArthur. Il a aussi obtenu le prix Salem en 2000, le prix Clay Research 2003. Le prix Fay√ßal 2010 pour les math√©matiques (partag√© avec Bombieri), le prix Crafoord 2012 (partag√© avec Bourgain). Pour ses travaux novateurs en analyse harmonique, ainsi que le fabuleux Breaktrough prize in Mathematics en 2015 ! C’est donc un palmar√®s extraordinaire qui force le respect ! Et qui am√®ne les internautes √† penser qu’il a le QI le plus √©lev√© du monde ! On dit m√™me qu’il a appris √† lire √† deux ans en autodidacte gr√Ęce √† une √©mission de t√©l√©vision !

Nous pouvons voir jusqu’ici que les QI les plus √©lev√©s, comme le qi d’einstein semblent √™tre attribu√©s aux scientifiques. Hormis de petites exceptions cit√©es par Science et Vie dans l’article plus haut. Comme des √©crivains ou artistes, bien que certains soient aussi scientifiques comme Pascal, les QI dont on parle le plus sont ceux des hommes de sciences. Ce qui nous ram√®ne √† notre enqu√™te sur Einstein.

La mesure du QI : Einstein

Les mesures actuelles

Face √† une intelligence sup√©rieure de la sorte qu’est celle du qi d’einstein, nous avons une bonne occasion de rappeler comment l’on mesure le quotient intellectuel d’une personne. Premi√®rement il est important de rappeler que les tests de QI varient selon les pays. Les tests ne sont pas les m√™mes, ce qui nous renvoie √† notre article sur les tests standardis√©s, et la difficult√© de comparer ce qui n’est ne r√©pond pas √† des r√®gles similaires. Sans m√™me parler de possibles disparit√©s d’intelligence(qui reste √† √©tudier s√©rieusement) entre les diff√©rentes populations humaines. Un 130 de QI en Am√©rique ou en France ne veut simplement pas dire la m√™me chose car l’√©chelle n’est pas la m√™me. Pour vous permettre de visualiser les diff√©rences voici un tableau de correspondance :

Cet homme √† la stature impressionnante n’est autre qu’Einstein, vulgarisons ses d√©couverte pour en comprendre l’impacte !

En Outre comme tout ce que nous connaissons, il existe une limite. Nous ne connaissons rien de vraiment infini(Si !L’univers en th√©orie), c’est pourquoi le QI non plus n’est pas infini. Nous ne pouvons pas parler de QI de 200 avec le WISC par exemple. Simplement parce que le WISC ne monte pas jusqu’√† 200 ! Mais jusqu’√† 160 !

Voilà un tableau qui vous aidera à comprendre les différences de score entre les tests.

Il est donc possible que l’on ait estim√© le QI d’Einstein au maximum de ce qui pouvait √™tre pens√©. Pour des raisons que nous allons comprendre par la suite. Et que le temps passant et les la rigueur des journalistes ne baissant plus personne n’est pris soin de v√©rifier ce que signifiait m√™me un score √† un test de QI. Ainsi nous verrons peut-√™tre si cette escalade de ¬ę¬†√† qui aurait le plus gros QI¬†¬Ľ continu. Binet√īt des personnes auxquelles ont aura attribu√© un score de 1000, qui sait ? De plus dans le cas de Terence TAO aucune d√©claration s√©rieuse ne fait l’objet de cette r√©v√©lation spectaculaire; Ni de sa part ni d’autrui, nous pouvons donc √©mettre sans trop de z√®le qu’il s’agit l√† d’un pur fantasme.

Pour comparer notre QI en France, il est compliqu√© de faire ces analyses avec des c√©l√©brit√©s am√©ricaines. Car il nous faudrait pour cela que tous les tests soient identiques ou une √©quivalence ce qui je le pense n’est pas fait pour l’instant. En outre, il serait aussi bon que les tests ne comprennent aucun facteur culturel. C’est-√†-dire que le test n‚Äôest pas relatif √† l’apprentissage ni √† la culture qui varient selon les milieux. Dans le cas de l’Am√©rique, il semble que si nous faisions un test comprenant de la g√©ographie,cela fausserait un peu les r√©sultats ! ūüėÖ

Le mythe du scientifique ¬ę¬†le fameux QI d’Einstein¬†¬Ľ

La science ou l’intelligence

Au point de vu de la scolarité

Les QI des scientifiques int√©ressent, comme nous avons pu le voir. Ils sont les principaux √† se voir attribuer des QI astronomiques!Nous pourrions penser que cela est logique puisqu’ils utilisent souvent la mesure. Le scientifique nous am√®ne souvent une √† une conception de classification(qui se retrouve d’ailleurs la m√©thode utilis√©e pour atteindre une objectivit√© scientifique). De plus nous faisons √† raison ce lien entre s√©lections(donc test) et math√©matique, science. En effet la difficult√© scolaire qui en d√©coule(des √©tudes ont montr√© que cela √©tait d’autant plus fort chez les filles) est en partie due √† une appr√©hension vis-√†-vis des domaines scientifiques.

Les math√©matiques terrorisent les jeunes primaires, coll√©giens, lyc√©ens qui impressionn√©s par cet √† quoi cela leur renvoient le domaine scientifique ne s’en sentent pas capables. Peut-√™tre que vous vous sentez concern√© par cette inqui√©tude, ce sentiment d’impuissance face aux math√©matiques et aux sciences en r√®gle g√©n√©rale ? Si ce n’est pas le cas, vous avez forc√©ment d√©j√† entendu dans votre scolarit√© ¬ę¬†moi je suis nul en maths !¬†¬Ľ ?

Au point de vu de la représentation

Cette crainte n’est cependant pas infond√©e en effet les math√©matiques ont une grande place dans le processus de s√©lection qui s’op√®re tout au long de la scolarit√© ! Mais alors pourquoi les maths ? Cette question ne vous est probablement pas venue √† l’id√©e, car il vous semble √™tre √©vident que l’intelligence est du c√īt√© des sciences(et peut-√™tre l’√©motion des lettres ?) ? Mais cela ne va pas de soi, si nous d√©cidons de prendre les sciences et l’intelligence logico-math√©matique comme la seule intelligence il pourrait en √™tre autrement. Il faut bien se dire que cela est culturel ! Je vous renvoie √† l’article sur les intelligences multiples.

Comme d’autres st√©r√©otypes au QI stratosph√©rique, nous avons la figure du scientifique. Si nous avons l’image du premier de la classe, binoclard √† lunette et √©vident tr√®s bon en maths c’est bien que la r√©ussite dans les sciences r√©pond √† un id√©al(moqu√© en l’occurrence, non sans frustration) voir m√™me un mod√®le. Puisque nous √©voquions Pascal (nous pouvons aussi prendre le cas de Liebniz) √† son √©poque au XVIIe. si√®cle, la scission n’√©tait pas si grande entre les sciences et les lettres, apr√®s ses recherches scientifiques Pascal √† √©crit il est aujourd’hui consid√©r√© comme un grand scientifique, th√©ologien et philosophe. Tout comme aujourd’hui Estein et son qi !

Au point de vu de la civilisation

Il n’y a donc pas si longtemps que nous s√©parons les sciences du reste. Ce qui nous interroge donc sur le statut du scientifique (que nous interrogeons par le qi d’Einstein) et donc de la science dans notre soci√©t√©. En effet la science et la technique plus particuli√®rement sont centrales dans notre soci√©t√© m√©canis√©e, √©l√©ctronis√©e de toutes parts.

Il est tr√®s int√©ressant de constater que nous appelons m√™me les diff√©rentes √©tapes de l’√©volution de l’homme par son avancement technique et sa ma√ģtrise de la mati√®re(√Ęge de bronze, de fer, homo habilis). Notre ethnocentrisme ne s’arr√™te pas l√† puisque nous jugeons toutes civilisations diff√©rentes √† la n√ītre selon nos crit√®res √† savoir comme l’explique Claude L√©vi-Strauss dans Race et Histoire.

Par exemple une fois les Occidentaux arriv√©s en Am√©rique ils ont jug√© les Indiens sous-d√©velopp√©s puisqu’ils ont pris nos rep√®res(la quantit√© d’√©nergie disponible par personne, la technique). Or s’ils les avaient jug√©s quant √† leurs r√©sistances √† un climat hostile, ils auraient √©t√© mille fois sup√©rieurs √† notre civilisation ! La technique est donc totalement centrale, dans notre perception de la qualit√© des civilisations, d’autrui, de nous m√™me. C’est peut-√™tre pour nous ce qui nous diff√©rencie le plus de l’animal. Cela n’est √©videmment pas contestable, mais est-ce la seule chose ?

Nous retrouvons donc de nombreux exemples contemporains :

Albert Einstein et L√©o Szilard √©crivant leur lettre √† Roosevelt, le 2 ao√Ľt 1939.

La révolution scientifique : Einstein fondateur de la modernité

Le modèle scientifique nous pousse à une claire exaltation de la technique.

Albert Einstein dans l’histoire des sciences

Il est int√©ressant de contextualiser, comme toutes choses, notre rapport avec la science. Tout d’abord que la science n’est pas exempte d’√©volution. Les r√©volutions se succ√®dent, et chaque d√©couverte peut potentiellement bousculer tout savoir que l’on pensait solidement √©tabli. En effet dans le domaine scientifique, ce qui doit √™tre favoris√© ce n’est pas la connaissance confortable et rassurante mais bien la recherche de la v√©rit√©, ce qui n’est pas si facile et nous allons le voir, mais pour notre g√©nie indiscut√©, Albert Einstein.

L’appellation de r√©volution scientifique est g√©n√©ralement consid√©r√©e comme une rupture de la pens√©e scientifique √† une √©poque donn√©e, ce changement am√®ne alors un champ disciplinaire (ou plusieurs) √† se r√©organiser autour de principes et axiomes nouveaux.

La notion de ¬ę r√©volution scientifique ¬Ľ, port√©e notamment par Alexandre Koyr√©Herbert Butterfield et Thomas Kuhn, a fait l’objet de remise en cause, car elle implique une rupture totale avec les savoirs anciens(le terme de r√©volution du latin revolutionem ¬ę¬†action de revenir en arri√®re,de recommencer¬†¬Ľ induit un changement brusque et fondamentalement nouveau). Cette notion s’est construite par opposition √† l’image d’un Moyen √āge obscurantiste. Contre une √©poque moderne, progressiste et d√©tach√©e de la religion. D’o√Ļ peut-√™tre la pi√®tre image que nous avons du Moyen √āge.

Dans la litt√©rature, la ¬ę R√©volution scientifique ¬Ľ, fait r√©f√©rence aux bouleversements qui eurent lieu du XVIe si√®cle au XVIIIe.si√®cle dans plusieurs domaines des sciences. Il s’agit en fait de la r√©volution m√©caniste, souvent appel√©e la r√©volution copernicienne. Historiquement, c’est sans doute l’une des plus grandes ¬ę r√©volutions scientifiques ¬Ľ pour les historiens des sciences contemporains. Puisqu’elle a modifi√©, la place que l’on s’accordait dans l’univers. Nous sommes pass√©s d’une science se basant sur les imp√©ratifs religieux(en l’occurrence le g√©ocentrisme, la terre centre de l’univers) √† une science plus empirique(bas√© sur l’exp√©rience du r√©el, une vision h√©liocentrique, le soleil est au centre de notre syst√®me).

Une r√©volution d√©signe donc un changement majeur et fondateur dans une discipline scientifique. Il est tout de m√™me difficile d’appr√©cier l’importance d’une d√©couverte notamment dans le pass√©. Une r√©volution scientifique n’en est cependant pas une dans la mesure o√Ļ elle incorpore le savoir pr√©c√©dent dans son avanc√©e, si cruciale soit-elle.

les révolutions scientifiques

L’histoire des sciences met en exergue de nombreuses r√©volutions :

Ainsi nous pouvons en arriver √† la conclusion que si nous conservons une fascination totale pour Einstein, symbole de l’intelligence. Le g√©ni m√™me et fondateur de notre modernit√©, c’est pour cette r√©volution qu’il a initi√©e. La r√©volution de la relativit√©. ¬ę¬†Tout est relatif¬†¬Ľ. Voil√† un adage fondateur de notre conception moderne du monde. Cet adage pourrait bien √™tre beaucoup plus pr√©sent que ce que nous ne pensons.

La Théorie de la Relativité

Une br√®ve vulgarisation du temps(et de l’espace).

Voici une repr√©sentation de l’espace-temps, modifi√© par la passe d’un astre.

La relativit√© g√©n√©rale est une th√©orie relativiste de la gravitation(qui s’inscrit √† la suite de la th√©orie de la gravitation universelle d’Isaac Newton). Elle est √† mettre en relation avec la th√©orie de la relativit√© restreinte (d’Einstein toujours).

Cette thorie est principalement l’Ňďuvre d’Albert Einstein, qui l‚Äôa √©labor√©e entre 1907 et 1915 . Elle est consid√©r√©e comme sa r√©alisation majeure. Le 25 novembre 1915, il remet sa publication de la th√©orie de la relativit√© g√©n√©rale √† la section de math√©matique et de physique de l’Acad√©mie royale des sciences de Prusse, qui la publie le 2 d√©cembre.C’est une r√©volution dans le milieu scientifique et dans la presse ! Einstein a √©t√© le physicien le plus m√©diatis√© de tout les temps ! Toutes ces avanc√©es ont aujourd’hui du mal √† √™tre combin√©e avec la physique quantique(l’infiniment petit ne semble pas √™tre r√©gis par les m√™mes lois, ce qui pose probl√®me par la d√©finition m√™me de la d√©marche scientifique qui se veut totale).

la implications sur la couleur

Le principe d’√©quivalence, qui am√®nera Einstein √† sa relativit√© g√©n√©rale, d√©montre qu’il existe une √©quivalence de l’impact du champs gravitationnel(exerc√© par une masse, admettons terrestre) malgr√© l’acc√©l√©ration des objets. La th√©orie de la relativit√© met en exergue le fait que la masse modifie l’espace temps dans son comportement. Si bien que les objets ne se comporteront pas de la m√™me mani√®re √† c√īt√© d’un trou noir supermassif(qui peut absorber l’√©quivalent de la masse de notre soleil par jour) et c√īt√© de la terre. En effet la masse va modifier l’espace-temps(ces deux notions apparaissent alors inextricables l’une de l’autre) et donc le comportement des objets en sera modifi√© comme le comportement de la lumi√®re que nous pouvons voir autour de cette photo d’un trou noir(avanc√©e r√©cente majeure) :

Cette photo est historique, nous pouvons y voir le trou noir supermassif du centre de la galaxie M87.

Sur cette photo on observe que la lumi√®re est d√©vi√©e. En fait, elle finira m√™me par √™tre absorb√©e par le trou noir. En bref, sans rentrer dans des d√©tails techniques, on apprend que le temps et l’espace sont conditionn√©s l’un √† l’autre et qu’ils sont relatifs. Le temps n’est pas le m√™me √† c√īt√© d’un trou noir(modifi√© par la masse du trou noir) ou de la terre(de masse plus faible). Le temps est donc, comme l’espace, relatif.

Impacte de la th√©orie de la relativit√© d’Einstein

Ces avanc√©es ont donc bouscul√© la science, certes. Mais elles ont aussi bouscul√© notre vision du monde en g√©n√©ral. M√™me si nous ne comprenons pas forc√©ment savamment la relativit√© d’Einstein, nous avons commun√©ment admis que nos perceptions sont relatives. Et cela bouleverse profond√©ment notre rapport au monde. Rapidement nous pouvons constater que la peinture notamment, a √©t√© profond√©ment choqu√©e, chang√©e, de ces d√©couvertes. N’oublions pas que les peintres ont longtemps cherch√© √† repr√©senter le r√©el(voir m√™me √† le d√©passer comme C√©zanne qui ne parvint jamais √† ce projet fou). Pour les peintres, la lumi√®re, le mouvement, la couleur, l’espace est le fruit d’une recherche constante. Notons que l’art est r√©v√©lateur d’une civilisation. Ainsi, si nous en voyons l’impacte sur l’art, cet impact est pr√©sent g√©n√©ralement en chacun de nous.

La puissance d’un trou noir est ph√©nom√©nal comme tente de nous le montrer cette photo.

Le mod√®le corpusculaire de la lumi√®re(la lumi√®re serait faite de mol√©cules ou d’atomes), qui est diff√©rent du mod√®le ondulatoire(dans ce cas une onde) sera confirm√© en 1905 dans l‚Äôarticle d‚ÄôEinstein interpr√©tant l‚Äôeffet photo-√©lectrique et pr√©sentant pour la premi√®re fois la dimension ondulatoire et corpusculaire des quantas de lumi√®re, nomm√© plus tard photons. En bref, Einstein nous apprit que la lumi√®re est du mouvement(mod√®le ondulatoire). Newton avait aussi d√©couvert en 1672 la d√©composition des couleurs. Ainsi quand cette th√©orie fit son entr√©e chez les peintres elle bouscula les connaissances √©tablies. Alors non seulement la couleur est du mouvement, mais en plus le blanc est l’adition de toutes les couleurs ! Voil√† qui √† modifi√© en profondeur la peinture. Cela donna lieu √† une direction nouvelle, celle de l’abstraction. Le mouvement impressionniste est en fait le d√©but de la d√©composition des couleurs.

Impression au soleil levant de Monet donna son nom √† l’impressionnisme, nous pouvons percevoir la d√©composition du spectre lumineux.
S’en suivra la d√©composition de l’espace, avec le cubisme.

En conclusion, nous pouvons penser que la place centrale de la relativit√© et de la science dans notre modernit√© est en cause dans la figure de son cr√©ateur, Albert Einstein. Ainsi nous arrivons au fantasme d’Einstein comme repr√©sentant m√™me de l’intelligence. Alors m√™me qu’il fut faillible, un homme avec ses d√©fauts. Toutes consid√©rations critiques furent √©lud√©es. Einstein incarnant notre vision du progr√®s et de l’intelligence, miroir de notre mod√®le de soci√©t√© et de nos aspirations. Repris par la pop culture, il est devenu une ic√īne. Einstein concentrant notre vision du progr√®s et de la technique fait aujourd’hui figure de surhomme au cerveau in√©galable. Cependant cette vision est simpliste et la r√©alit√© n’est peut-√™tre pas aussi idyllique. La figure du g√©nie conforte peut-√™tre les hommes dans leurs certitudes et leurs conceptions d’eux-m√™mes, elles ne sont pas pour autant vraies.

Einstein : QI et mythe à relativiser

Cependant si nous avons d√©montr√© que le QI d’Einstein √©tait une fiction(ce qui ne veut pas dire qu’il n’√©tait pas d’une intelligence prodigieuse). Le personnage est aussi √† relativiser ! Je prends pour extrait l’incroyable biographie parue au Seuil de Fran√ßois de Closets. Elle nous d√©peint avec une grande objectivit√© ce personnage embl√©matique. La science aussi semble √™tre √† relativiser puisque bien qu’elle soit un progr√®s dans la compr√©hension du monde, elle a aussi amen√© la destruction des hommes. La technique, porteuse de toutes les aspirations de l’humanit√© semble aussi r√©v√©ler une partie de sa nature, profond√©ment violente et destructrice.

La technique n’est pas qu’un progr√®s, elle est aussi une arme de destruction massive.
La figure d’Einstein fait part enti√®re de la pop-culture.

Einstein ou la revanche du destin. Pendant ses quarante premi√®res ann√©es, le p√®re de la relativit√© construit seul envers et contre tout, son personnage. Il devient le plus grand physicien de son temps. √Ä quarante ans, sa vie bascule √† l’oppos√© de tout ce qu’il avait choisi. L’ours solitaire est d√©vor√© par sa propre c√©l√©brit√©, emport√© par le tumulte du monde. Juif oublieux de sa tradition, il doit rejoindre le mouvement sioniste ; pacifiste, avocat de l’objection de conscience, il incite le pr√©sident Roosevelt √† construire la bombe atomique. Quant au savant g√©nial, il s’enferre dans ses certitudes et refuse la nouvelle physique. ¬ęDieu ne joue pas aux d√©s ¬Ľ, r√©p√®te-t-il, jusqu’√† s’entendre r√©pondre par Niels Bohr : ¬ę Qui √™tes vous, Einstein, pour dire √† Dieu ce qu’il doit faire ? ¬Ľ Ce roman d’un homme, c’est aussi celui d’un si√®cle, porteur de toutes les esp√©rances et p√®re de toutes les barbaries.

https://www.seuil.com/ouvrage/ne-dites-pas-a-dieu-ce-qu-il-doit-faire-francois-de-closets/9782020638838

Si vous voulez conna√ģtre votre quotient intellectuel pour voir o√Ļ vous en √™tes par rapport au mythique(j’esp√®re vous l’avoir d√©montr√©! ūüėĆ) Einstein, ūü§łūüŹĽ‚Äć‚ôāÔłŹ>>passez notre test de QI en ligne ! Aussi si cet article vous a int√©ress√© ūüėŹ, abonnez-vous √† la newsletter ! Et acc√©dez √† de nombreux autres articles sur le th√®me de l’intelligence en plus de promotions in√©dites!! ūüí•ūüė≤!

Sources :

https://www.seuil.com/ouvrage/ne-dites-pas-a-dieu-ce-qu-il-doit-faire-francois-de-closets/9782020638838

https://www.lemonde.fr/sciences/video/2014/10/27/comprendre-la-theorie-de-la-relativite-generale-d-einstein_4510085_1650684.html

http://www.louka.eu/blog/wp-content/uploads/La-r%C3%A9volution-freudienne.pdf

https://journals.openedition.org/bibnum/743

https://citation-celebre.leparisien.fr/auteur/albert-einstein?theme=travail